Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 Apr

Coup de Projecteur sur... Nicolas Pallois, défenseur Girondin qui monte

Publié par El Maestro  - Catégories :  #France

Nicolas Pallois à faim
Nicolas Pallois à faim

Nicolas Pallois : "à 26 ans, revenir en Ligue 1 c'est énorme."

Nicolas Pallois était encore en CFA à 23 ans. Il jouait pour l'US Quevlly. C'est lors de la belle épopée, en coupe de France, de Quevilly qu'il se fait repérer par Valenciennes où il signera pro 3 ans. Après une arrivée tardive dans le monde pro, Nicolas Pallois continuera à enchaîner quelques galères. Sa premiere année à Valenciennes est celle de l'adaptation, il jouera une vingtaine de matchs de Ligue 1. La deuxième année il demandera à être prêté à Laval, en Ligue 2, pour avoir plus de temps de jeu. Cette expérience ne sera pas une franche réussite, comme il nous le révèle dans une interview accorde à Ouest France : « Je n'ai rien lâché à Laval, malgré six mois passés à la cave. Je l'ai fait pour moi, pour le groupe. Laval voulait me conserver une saison supplémentaire, mais il n'en était pas question. Trop de désaccords, surtout humains. Je suis rentré à Valenciennes. J'ai résilié. Et je suis parti à Niort où je m'épanouis. » En effet, c'est à Niort qu'il exprimera pleinement son potentiel, avant de rejoindre cet été l'étage supérieur. Ses bonnes prestations ont attiré l’œil des recruteurs Bordelais qui venaient superviser Emiliano Sala, une jeune pousse Girondine qui était venu s'aguerrir à Niort. Ce repêchage en Ligue 1 était, pour lui, inespéré comme il le confiera à Sud ouest en Avirl 2015 : " J'ai toujours fait mes saisons, mais disons que les résultats ont joué en ma faveur. Le coach a vu des vidéos, et il a validé le choix de la cellule de recrutement. Mais à 26 ans, revenir en Ligue 1 c'est énorme."

Il était au dessus en Ligue 2

En ligue 2, les nombreux observateurs lui prédisent un avenir brillant au poste de défenseur central. Avec son gabarit (1,90 m, 85 kg), il en impose. Il impressionne ses coéquipiers. Antoine Ponroy, défenseur central du Stade lavallois à la même époque que Pallois, dira de lui dans Ouest France : « Nicolas est un joueur puissant, bon de la tête, pas maladroit du pied gauche. Je pense que c'est dans l'axe qu'il s'exprimera pleinement, avec force. » Ses coachs successifs en ligue 2 sont unanimes, le costume de la deuxième division est trop petit pour son talent. Hinschberger son entraîneur à Laval dira de lui dans 20 minutes : "Globalement, c’est un garçon qui était au dessus en Ligue 2, il a un bon pied gauche, il est bon de la tête, rapide et il peut même mettre des buts. Il a changé et pris un peu de plomb dans la tête". Toujours dans 20 minutes, Gastien son ancien coach à Niort : "Je souhaite qu’il soit au niveau. Maintenant, la Ligue 1 exigera plus de concentration. Il était au dessus en Ligue 2 donc il a parfois eu tendance à se relâcher."

Nicolas Pallois : "il n'y a pas eu de fraude ni de triche au niveau des matches que j'ai joués."

Aujourd'hui , il est au Girondins de Bordeaux. Celui qui était venu pour concurrencer les défenseurs centraux Bordelais est en train de faire son trou. Et notamment en tant que latéral gauche. Lorsque l'on parle de la succession de Patrice Evra, les noms qui reviennent sont ceux de Digne, Kurzawa. Et si l'avenir immédiat à ce poste était Pallois ? Il est bon de la tête, solide défensivement, bon centreur et capable de marquer des buts. La panoplie parfaite du lateral moderne. L'idée peut paraître saugrenue, car il n'a pas la même visibilité qu'un Digne au PSG ou qu'un Kurzawa à Monaco. Mais si le sélectionneur, Didier Deschamps, se penchait un peu plus concrètement sur son cas, cette hypothèse pourrait s’avérer plus qu’intéressante. Et ce n'est pas Willy Sagnol qui dira le contraire. Il déclarait d'ailleurs à son sujet, en septembre, en conférence de presse : "je ne l’attendais pas à ce niveau là. C’est une très bonne surprise." Mais pour aller en équipe de France, surtout en ce moment, il faut éviter les polémiques comme celle des paris sportifs dans laquelle, le natif d'Elbeuf, s'est expliqué en conférence de presse cet été : "il n'y a pas eu de fraude ni de triche au niveau des matchs que j'ai joués. C'était des petites sommes, deux ou cinq euros, ce n'est pas avec ça que je vais gagner ma vie. Sur le terrain c'était pas le but de baisser le pied par rapport à ces paris-là. Mon but était d'être le meilleur possible pour évoluer en Ligue 1." Depuis il a été mis hors de cause, et son avenir en bleu n'est plus trés loin. On pari ?

Commenter cet article